Les jours d’avance : un critère pertinent pour piloter le pâturage

Vais-je manquer d’herbe ou au contraire être débordé ? Le critère « jours d’avance » permet de répondre à ces questions en traduisant le stock d’herbe sur pied en jours de pâturage


Les jours d’avance : un critère pertinent pour piloter le pâturage (.pdf)

 

Category:

Description

Les jours d’avance : un critère pertinent pour piloter le pâturage

Calculer le nombre de jours d’avance permet de quantifier l’herbe disponible sur une exploitation à un instant donné et ainsi de prendre les bonnes décisions au cours de la saison de pâturage. La connaissance de ce critère permet à l’éleveur de déterminer la date de mise à l’herbe, la fermeture du silo de maïs, le débrayage ou non d’une parcelle, la redistribution de fourrages stockés.

 

Un calcul simple

Il suffit de suivre les étapes suivantes pour le troupeau (ou un lot) au pâturage

  1. Déterminer la surface des prairies (ha) accessibles à ce lot
  2. Mesurer la hauteur d’herbe (cm à l’herbomètre) de chacune de ses parcelles
  3. Estimer la densité d’herbe (kg de MS/cm/ha) de chacune des parcelles à partir des références existantes (zone pédoclimatique, espèces présentes, cycle d’exploitation)
  4. Estimer la hauteur d’herbe prévue à la sortie des animaux des parcelles
  5. Calculer la quantité d’herbe (= le stock) disponible au dessus de cette hauteur de sortie
  6. Calculer les besoins journaliers en herbe pâturée du lot d’animaux (à l’aide des références d’ingestion en fonction du type d’animal)
  7. Diviser le stock d’herbe par les besoins journaliers du lot, pour obtenir le nombre de jours d’avance.

Le nombre de jours d’avance, c’est donc :

∑ ((hauteur mesurée – hauteur de sortie prévue) * densité P1 * surface P1) / besoins journalier des animaux

 

Un exemple concret

Mon lot de 24 génisses (600 kg, race limousine) exploite un ilot de 7,5 ha divisé en 5 parcelles : de combien de jours d’avance je dispose ?

  1. Surfaces des parcelles pâturées par le lot : P1 (1,5 ha), P2 (1,2 ha), P3 (2 ha), P4 (1,5 ha), P5 (1,3 ha)
  2. Hauteurs d’herbe ce jour : P1 (7 cm), P2 (9 cm), P3 (12 cm), P4 (14 cm), P5 (5 cm)
  3. Densité des parcelles de l’îlot : 250 kg de MS/ha/cm
  4. Hauteur de sortie prévue : 5 cm
  5. Stock d’herbe disponible au dessus de 5 cm = 8825 kg de matière sèche
    ((7-5)*250*1,5) + ((9-5)*250*1,2) + ((12-5)*250*2) + ((14-5)*250*1,5) + ((5-5)*250*1,3)
  6. Besoins en fourrage : 24 * (11 kg de MS /jour) = 264 kg de MS/jour pour le lot
  7. Le nombre de jours d’avance pour le lot est donc de 33 jours [8825/264 = 33,4]

 

Exemple de densité de l’herbe, pour estimer la quantité d’herbe disponible (Pays de la Loire, zone séchante, printemps)

 

 

Des conseils pour réussir

  • Le calcul du nombre de jours d’avance constitue une aide pour choisir la date de mise à l’herbe : à partir de 15-20 jours d’avance pour des vaches allaitantes, alors que 5 à 7 jours suffi sent pour des animaux laitiers.
  • Il aide également à décider du débrayage d’une parcelle : 15 jours d’avance au printemps et 25 jours en été en viande et autour de 15-20 jours d’avance en production laitière.
  • Ces recommandations sont des moyennes qui peuvent varier en fonction : des conditions climatiques (prévisions de croissance), du système fourrager (proportion d’herbe), du type et du niveau de production des animaux et de la nature des prairies.
  • La mesure de hauteur d’herbe doit être réalisée avec un herbomètre. Différents modèles plus ou moins pratiques existent et des techniques innovantes sont en cours de test : herbomètre embarqué, drones, satellites.
  • La densité de l’herbe n’est pas mesurable à l’échelle d’un élevage. Par conséquent, utiliser des références qui tiennent compte : du type de prairies, de la hauteur de pâturage, de la région pédo-climatique et du cycle d’exploitation.

 

 

« Le calcul du nombre de jours d’avance début mai, chaque année, me permet de me rassurer dans les surfaces à débrayer »

Eric, éleveur allaitant (53)

« La connaissance du nombre de jours d’avance, ça m’aide vraiment à mieux piloter les transitions alimentaire de mon troupeau, aussi bien à la mise à l’herbe que quand la pousse de l’herbe commence à s’essouffler »

Renan, éleveur bovin lait (44)

 

Impacts pour la durabilité

  • Bien gérer son pâturage, c’est moins de gaspillage d’herbe, moins de recours aux fourrages stockés et aux concentrés.
  • C’est aussi, moins de fioul pour récolter et distribuer les fourrages et moins de bâtiments.

 

Quelques références

Additional information

Impact sur...

Economie, Production

Action

Evaluer, Valoriser

Echelle

Exploitation, Parcelle, Troupeau

Espèce

Bovin, Caprin, Equin, Lapin, Ovin, Porcin, Volailles

Auteur

Julien Fortin (Thorigné)

Crédit photos

A. Brachet (CA 49), R. Delagarde (Inra), S. Novak (Inra)

Numéro de fiche

19

Mise à jour

Mars 2018

You may also like…

Top
Translate »