Les grands troupeaux laitiers pâturent aussi !

Le maintien d’une part de pâturage significative avec des grands troupeaux : un réel enjeu pour l’avenir


Les grands troupeaux laitiers pâturent aussi ! (.pdf)

 

Category:

Description

Les grands troupeaux laitiers pâturent aussi !

Dans le contexte actuel de recherche d’efficacité économique, d’autonomie protéique dans les systèmes laitiers, la surface accessible est un critère déterminant pour maintenir du pâturage avec un grand troupeau. Pour améliorer l’accessibilité, des solutions existent : des
échanges amiables, la reprise de parcelles proches des bâtiments, la création de chemins, voire une installation de traite mobile… Pour profiter de la surface accessible, des aménagements du parcellaire et le respect des règles de conduite du pâturage sont nécessaires
lorsque le troupeau de vaches laitières s’agrandit.

Aménager le parcellaire de pâturage

Disposer de chemins de qualité

  • Les risques au pâturage sont exacerbés avec un grand troupeau (plus de 100 VL par exemple) notamment lorsque les conditions climatiques sont difficiles.
  • Il est primordial de disposer de chemins de qualité, pour éviter qu’ils ne s’abiment. Il faut accepter d’investir dans des chemins bien pensés pour faciliter les déplacements des animaux, de les élargir au moins aux abords des bâtiments, et de les empierrer.
  • Il est aussi important que l’eau s’évacue bien, en réalisant des pentes adaptées.

D’autres aménagements du parcellaire

  • Redécouper les paddocks: 1 are/VL/j dans l’Ouest, en paddocks carrés.
  • Multiplier et bien disposer les points d’eau.
  • Prévoir par paddock une entrée et une sortie (4 à 5 m de largeur) pour que les animaux ne piétinent pas le sol au même endroit.
  • Disposer de clôtures sûres.

La gestion du pâturage

La gestion du pâturage doit être particulièrement rigoureuse

  • En conditions humides. Le pâturage en période humide est plus délicat. Il faut souvent réduire la durée de présence au pâturage (4h/j).
  • En conditions sèches. Eviter le surpâturage pour ne pas pénaliser le redémarrage de la végétation.
  • Le pâturage de nuit. Le pâturage de nuit (0,4 are/VL/j) sur des paddocks plus proches de la stabulation peut permettre de gagner du temps.
  • La conduite en lots. Certains éleveurs divisent leur grand troupeau en deux lots, en regroupant les vaches selon leur stade de lactation : ils différencient les dates de mise à l’herbe,voire affectent des parcelles de pâturage différentes pour chacun des lots. Pour ces éleveurs,les déplacements des vaches en deux lots sont facilités et plus confortables qu’avec un seul grand troupeau.
  • Des aides au pâturage. Pour faciliter la gestion du troupeau, il est possible de se faire aider par un chien,un quad ou un VTT.

 

Des conseils pour réussir

  • Une surface de pâturage suffisante.
  • Des chemins de qualité. Un bon empierrement de fond, une couche de finition et une évacuation de l’eau par des pentes adaptées assureront une utilisation confortable pendant de nombreuses années. Il faut compter 10 € du m² environ pour une réalisation avec des matériaux du site.
  • Des clôtures renforcées et sûres. Un système de double fils et des tendeurs pour des clôtures fiables et sûres, et qui permettent un retour autonome des vaches après la traite.
  • La volonté des éleveurs. la forte volonté des éleveurs de maintenir une part de pâturage avec un grand troupeau est indispensable : il faut par exemple accepter la possibilité de conduire les vaches jusqu’à près de 1 km de la stabulation (30 min par trajet).

Des chemins larges et solides pour durer…

 

 

« Auparavant, les paddocks étaient tout en longueur. Désormais, le parcellaire est découpé en 47 paddocks presque carrés de 1,3 ha. Pas moins de 1 825 mètres de chemins de 3 mètres de largeur en moyenne ont été aménagés »

Gaec Le Bréguéro à Remungol (56), 135 VL

« Avec le lot 2, on a un objectif prairie. Comme les vaches ont moins de besoins que celles en début de lactation, on peut se permettre d’insister sur le pâturage et de bien faire nettoyer les parcelles. Elles passent après le lot 1 et pâturent 1 à 2 jours par paddock »

GAEC de la Rodais à Noyal (35), 145 VL

 

Impacts pour la durabilité

  • Dans le réseau d’élevages «Pâturage des grands troupeaux» de Bretagne, le coût alimentaire VL n’est que de 70 €/1000 l. de lait.
  • Maintenir du pâturage, c’est économiser du carburant : moins de stocks à récolter et distribuer, de lisier à épandre.
  • Le temps passé à distribuer des stocks fourragers mais aussi à racler, à pailler, ou à entretenir le couchage est diminué.

 

Quelques références

Additional information

Impact sur...

Economie, Production, Société, Travail

Action

Aménager, Elever, Valoriser

Echelle

Exploitation, Troupeau

Espèce

Bovin, Caprin

Auteur

Jean-Marc Seuret (CA Bretagne)

Crédit photos

CA Bretagne, J.M. Seuret

Numéro de fiche

28

Mise à jour

Mars 2018

You may also like…

Top
Translate »